Le jour où j’ai osé... dire à ma copine que je la trouvais trop pulpeuse

Publié par J J le

Le jour où j’ai osé... dire à ma copine que je la trouvais trop pulpeuse

 


Le jour où jai osé... dire à ma copine que je la trouvais trop pulpeuse

Elle sortait de la salle de bain. Encore un peu mouillée. Ses cheveux gouttaient sur ses épaules. Elle a une coupe au carré. Une serviette rose l’entortille. Plutôt rose clair. Presque blanche. Elle fait toujours la même chose, après sa douche… Elle se sert un café et le rapporte dans la chambre. Je fais pareil. J’aime bien l’odeur du café. Elle aussi.

Elle le pose sur la commode bleue à côté du lit et elle ouvre le tiroir du haut. Celui où elle range ses dessous, sa lingerie, ses sous-vêtements je ne sais jamais comment on dit. Elle répète toujours la même chose : "Faut que je m'en rachète."

Elle choisit vite. Un soutien-gorge, une culotte. Un string. Ça la boudine les strings. Je la trouve excitante quand même. Mais bon. Ce matin là,  je l’ai regardée.

Tout est allé très vite. La serviette est tombée par terre. Elle s’est baissée, en pliant ses jambes, toute nue, j’ai à peine vu. Elle l’a ramassée et l’a jetée sur le lit. Presque agacée. Elle a enfilé une jambe dans son string et elle a perdu l’équilibre au moment de soulever l’autre pied. Elle s’est cognée dans la commode, pas fort mais suffisamment pour dire : « Aie ça commence bien ».

Et là, je ne sais pas pourquoi j’ai dit : « Ma puce tu devrais maigrir un peu et si tu veux je t’achète des dessous sexy. Des Tangas en dentelle rouge, des bodys hyper échancrés,  des portes jarretelles noir, des bas avec la couture derrière, des culottes blanches, avec des froufrous, des volants…». J’ai pris feu.

Je ne m’arrêtais plus. Je voyais la scène. Ses fesses rondes dans un shorty transparent, ses seins qui débordaient d’un soutien-gorge bleu à balconnet. Son décolleté pigeonnant. Une nuisette en satin avec des bretelles partout. J'avais envie de lui bander les yeux. J’avais l’image. Je l’imaginais cet été sur la plage, dans une robe courte, blanche, moulante, toute bronzée, sentant la vanille, sa peau salée, humide. Je dois aller sur BOMBGIRL Paris, vite!

Et je ne l’ai plus trouvée trop grosse. Tout seul dans ma tête, en l’imaginant dans de la lingerie sexy, elle était sublime. Désirable. Sure d’elle. Heureuse. Je ne la voyais plus un peu ronde ou je ne sais plus comment je la voyais pulpeuse. Pulpeuse dans un body ou un corset avec des bas...

On a bu nos cafés. En se souriant…

JJ.

 

 

 

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.

★ L'avis des clients BOMBGIRL PARIS

Ce sont nos clients qui en parlent le mieux

57 reviews
86%
(49)
14%
(8)
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)
masque homme noir :
Superbes masques.
Magnifique masque en dentelle